Read La Voie du Cygne by Laurent Kloetzer Online

la-voie-du-cygne

Pour Jeophras Denio, rien n'est impossible ! Tout le monde sait qu'il est le meilleur inventeur de la ville. Si seulement son engin volant arrivait à fonctionner... Mais quelle machine, quelle équation pourrait l'aider à conjurer le malheur de sa fille Carline ? Elle a été jetée en prison à la suite d'une réception au palais. Pour elle, c'est la potence, s'il ne parvient pPour Jeophras Denio, rien n'est impossible ! Tout le monde sait qu'il est le meilleur inventeur de la ville. Si seulement son engin volant arrivait à fonctionner... Mais quelle machine, quelle équation pourrait l'aider à conjurer le malheur de sa fille Carline ? Elle a été jetée en prison à la suite d'une réception au palais. Pour elle, c'est la potence, s'il ne parvient pas à l'innocenter du meurtre de Nerio de Lethys.Endosser le rôle d'un détective n'est pas une mince affaire, même avec l'aide d'un garçon débrouillard comme Alexis. Mais Jeophras ne pensait pas se faire piéger dans un tel engrenage... Dvern est une cité d'intrigues où les puissants jouent à des jeux dangereux. Lequel d'entre eux convoite le pouvoir ? Qui, à la cour, fomente ce complot ? Une séduisante comtesse, un maître d'armes, le prince en personne ? Jeophras ferait bien de se méfier, s'il ne veut pas tomber au fond du labyrinthe. Derrière cette affaire se cache un mystérieux secret, vieux de dix-huit ans... Mais pour le découvrir il vous faudra pratiquer le Jeu de l'Oie. Suivez donc Jeophras sur la Voie du Cygne......

Title : La Voie du Cygne
Author :
Rating :
ISBN : 9782070418350
Format Type : Mass Market Paperback
Number of Pages : 485 Pages
Status : Available For Download
Last checked : 21 Minutes ago!

La Voie du Cygne Reviews

  • Nicolas
    2018-10-09 19:52

    Dans une renaissance légèrement différente, un savant, expert en machines volantes, se retrouve par sa fille mêlé au meurtre d’un prince en voyage dans sa ville. Bien obligé d’enquêter, il se retrouvera plongé dans une histoire plutôt tortueuse, et pleine de rebondissements (pas au sens action, mais au sens ce qui était caché se dévoile). Passé les premières pages qui pose la situation de ce chercheur universitaire plongé dans la recherche des arcanes du vol, digne d’un Léonard, le roman démarre dans un style policier assez convenu, appuyé toutefois par une ambiance assez impressionante : Dvern et la petite Dvern forment un couple étrange, assez mal assorti mais somme toute sympathique : là où la petite Dvern fait penser à une Venise de la fin de la renaissance (mais sans les canaux), décadente et vivant toujours masquée, Dvern ressemble un peu à l’image que je me ferais d’une ville russe : sinistre, sombre, d’une morosité terrifiante. Tout celà n’est en fait que l’image des deux princes qui les gouvernent et entre lesquels toute l’intrigue est nouée. C’est vraiment cet aspect qui m’a plu dans cette histoire, plus que le récit policier, où l’on apprend bien des choses sur Nerio, le prince otage, et l’éducation des princes de Dvern, qui a un côté très sinistre, et franchement ennuyeux de mon point de vue : je n’estime pas que la multiplication des détails sur le sadisme de l’éducation de ces enfants soit nécessaire. A moins que… A moins que tout simplement ce ne soit indispensable au récit, comme c’est heureusement le cas. En effet, la mort de Nerio n’est que la conséquence directe de l’éducation reçue par les princes, qui a réussie à le transformer en une espèce de tyran dénué du moindre charme. En effet, lorsqu’il quitte sa principauté pour Dvern, il est humain, attendrissant même. Lorsqu’il y revient, son seul espoir, avant même de souhaiter être un bon dirigeant pour son peuple, c’est d’être un bon dirigeant pour l’endroit où il fut captif, remarquable exemple du syndrôme de Stockohlm…(où d’Helsinki). Au final, c’est un assez bon roman, qui se laisse très bien lire (sauf l’exploration du labyrinthe, où l’effet d’atemporalité m’a presque fait penser qu’on revenait à un multivers Moorcockien), si on oublie une fois de temps en temps des coquilles, comme les reliques égyptiennes, qui sont la seule évocation de notre Terre…